Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
ex [SOS HAITI ENFANTS ADOPTES] POUR L'EVACUATION DES ENFANTS EN-COURS D'ADOPTION EN HAITI (2010)

Newsletter du samedi 1er mai

Chers amis,

Voilà bien longtemps que je n'ai pas fait de newsletter sur mon blog ! Mais en mai, fais ce qu'il te plait ! Et vous allez voir plus bas, j'ai aussi besoin de vous.

Avant toute chose, je souhaite féliciter tous ceux qui ont accueilli un(e) timoun(ette). Je m'accroche à l'idée que, ne serait-ce que pour ces 500 là, çà valait le coup de se décarcasser. Seraient-ils là si nous n'avions rien fait ? Je vous imagine à les voir s'épanouir à la vitesse grand V ! Je vous imagine aussi vous débattre avec leurs colères et perdre parfois confiance en vous, épuisés par tout çà. A ce sujet, je vous donne ma façon de voir les choses : ne vous laissez jamais enfermer dans l'image idyllique de l'adoption parfaite qu'attendent parfois les gens. N'hésitez pas à dire que c'est dur. Soyez honnêtes, dites-les choses franco et ne vous enfermez pas. Vous avez droit au "baby-blues" comme tous les parents.

Où en sommes-nous ?

Il y avait plus de 1000 enfants haïtiens en cours d'adoption. Plus de la moitié a été évacuée d'une manière ou d'une autre. Une soixantaine le seront prochainement. Il en restera alors 430.

Quel est l'investissement de la France au sujet de ces 430 qui n'ont pas encore de jugement ? A priori, pas grand chose si j'en juge le compte-rendu de la rencontre avec le MAE/SAI ci-dessous. Mais en même temps, les choses restent ouvertes si j'en crois ce communiqué.

Après bientôt 4 mois de bataille, de chauds et froids, parfois de mépris encaissé, les familles concernées sont assurément fatiguées. Il serait pourtant bien hâtif de croire qu'elles vont se renfrogner. Il faudrait tout ignorer de ce qu'est la force de la parentalité pour croire cela.

Qui sommes-nous ?

Au fil des semaines et même des mois, notre collectif a subit l'apparence de l'érosion. Il y a eu érosion sur les modalités visibles de nos actions. C'est bien normal. C'est un miracle que nous ayons survécu à peu près aux risques qui nous pendent au nez : Dérapages médiatiques, divisions, scandales divers... Je crois toutefois que nous n'avons guère connu d'érosion sur nos convictions. Car qui sommes-nous à la base ?

  • Il y a ceux dont les enfants sont arrivés. Ils ont été happés par la disponibilité que requiert l'arrivée d'un enfant au foyer. Ils n'oublient pas les autres pour autant, mais c'est la vie.
  • Il y a ceux qui étaient sensibles à notre cause parce-qu'ils ont eux-même adopté ailleurs ou en d'autres temps. Ils savent que le sujet politique de l'adoption est un terrain où s'affrontent des forces très contradictoires et qu'il faut défendre nos idées.
  • Il y a ceux qui nous ont soutenu parce qu'ils nous connaissent de plus ou moins loin et se sont sentis solidaires. Parents, amis... Le temps a coulé. Ils ont vu Carla à la télé. Bien souvent, ils croient aujourd'hui que l'affaire est réglée.

Que faisons-nous ?

Personnellement, je n'ai pas encore d'idée arrêtée. C'est pour cela que j'ai besoin de vous. J'aimerais bien d'abord connaitre votre sentiment sur la situation et sur le collectif.

  • Vous avez accueilli votre enfant ? Comment vous sentez-vous vis-à-vis du collectif ? Avez-vous mauvaise conscience ? (il ne faut pas). Vous aimeriez faire quelque chose mais ne savez pas quoi ? Dites-moi ce que vous vivez et ce que vous ressentez. çà m'intéresse.
  • Vous êtes un parent, un ami ? Est-ce que vous croyiez que c'était réglé ? Est-ce que vous nous avez trouvés agressifs ? Pathétiques ? Dignes ? Comment avez-vous jugé la stratégie gouvernementale ? Que ressentez-vous à l'égard de notre sujet ?

Postez-moi tout simplement un commentaire ici.

A bientôt.
Grégoire Villedey

 


CR réunion MAE/SAI du 29 avril 2010

 

Présents: Valérie Damilleville, Patricia Durand, Emmanuelle Guerry pour le
Collectif, E. Sudre, JP. Monchau pour SAI, A.Anfre pour le MAE

Nous sommes reçues par A. Anfre qui ne pourra nous consacrer que quelques
minutes puisqu'il est seul au Cabinet du MAE. Monsieur Anfre rappelle en
substance le contenu du communiqué fait par le SAI le 26 : la liste des
procédures toujours en cours est une liste technique et interne au SAI. Elle a
toujours existé. Il ne comprend pas l'importance que nous lui accordons.

Interrogé sur les demandes d'une ultime liste en provenance de la primature
haïtienne, Monsieur Anfre répond catégoriquement, par deux fois, qu'il n'a pas
connaissance d'une demande en provenance d'Haïti, ni d'une quelconque note. Il
rappelle aussi que l'administration française n'a pas vocation à être totalement
transparente envers ses administrés et nous laisse continuer la discussion avec
l'Ambassadeur et Mme Sudre.

Le SAI semble lui au courant de la demande haïtienne d'une dernière liste
pouvant se prévaloir de la procédure de passeport accéléré. Il rappelle
l'attention permanente portée à nos enfants par ses agents depuis le séisme et
confirme qu'une liste de 69 noms (jugements déposés avant le 22 avril) a bien
été présentée et signée par le Premier Ministre. Ces dossiers pourront bien
bénéficier de la procédure antérieure. Les familles concernées ont commencé à
être contactées par le SAI pour obtenir les documents nécessaires à la demande
de passeports haïtiens. Mme Sudre précise que la majorité des familles ont
manifesté le désir de se rendre eux-même en Haïti. Elle rappelle la nécessite
d'avoir le feu vert du SAI avant de partir afin d'éviter une trop longue attente
sur place.

Les 430 dossiers restants ne pouvaient pas figurer sur la liste puisqu'ils
doivent attendre que les jugements soient prononcés avant de pouvoir prétendre à
un passeport. Au moins 8 dossiers dont le jugement a été prononcé avant le 22
avril ont cependant été refusés par l'Ambassade mercredi matin. C'est la date de
dépôt qui prévalait pour être sur cette liste et non la date de jugement.Comme
l'indique le communiqué du SAI du 26, on attend des informations en provenance
d'Haïti sur ce qu'il convient de faire de ces dossiers présentés et refusés
après le 21 avril. Interrogé sur d'éventuelles négociations autour du maintien
du processus accéléré de passeports, les réponses divergent : Son excellence
l'Ambassadeur Monchau répond qu'il n'y a pas et qu'il n'y aura pas de
négociation avec Haïti. Cependant, l 'Ambassade va , par ses contacts réguliers
avec les autorités haïtiennes, obtenir des précisions sur ce qui est attendu,
voir si la procédure accélérée peut être maintenue pour les jugements suivants.

Tant qu'Haïti n'aura pas fait connaître de nouvelles directives, le SAI
conseille aux crèches de trouver un moyen d'obtenir elle-même un passeport.
L'Ambassade n'accepte pas les dossiers qu'elle ne peut pas traiter. Nous
signalons que nul ne connait la procédure post-séisme d'obtention d'un passeport
pour un enfant en cours d'adoption, hors le passage par l'ambassade. Avant
séisme, il existait diverses étapes supplémentaires, propres à l'adoption, qui
ne sont plus toutes forcément exécutables. A part envoyer les 8 parents
concernés sur place, en cobaye, faire la queue nécessaire au dépôt d'une demande
de passeport et récupérer les informations du fonctionnaire en charge, nous ne
voyons pas comment répondre aux directeurs de crèche qui n'ont reçu aucune
information. L'idée intéresse particulièrement Son Excellence: elle permettrait
de valider si oui ou non il est possible à une crèche de demander un passeport
selon un processus standard, sans passer par les particularités demandées lors
d'une adoption... Nous rappelons toutefois qu'il est assez périlleux de dormir
dehors devant le bureau de l'émigration pour attendre son tour.

En attendant qu'une crèche, qu'un avocat ou nous même fassions ce test, le SAI
va toutefois essayer de trouver un interlocuteur en Haïti susceptible de décrire
et d'expliquer le cheminement attendu du dossier pour aboutir à une autorisation
d'émettre un passeport. Ceci nous permettrait de donner l'information aux
crèches sur ce qu'on attend d'elles plutôt que de procéder par tâtonnement,
refus successifs et administrations détruites.

Second sujet évoqué longuement, le cas des dispenses: devant l'importance de la
liste (plus de 10% des 430 dossiers sont dans ce cas, certaines attributions
datent de 2007 voire 2006) et la situation aujourd'hui inextricable entre le
palais présidentiel ne fonctionnant pas, le parquet qui exige une parution au
Moniteur qui ne paraît pas,... Son Excellence se propose de regarder avec Mme
Pierre et l'IBESR ce qui pourrait être fait pour sortir du blocage total de ces
dossiers à l'IBESR ou leur rejet systématique par le parquet.

Donc en synthèse: pas de négociation officielle avec Haïti sur la prorogation
d'une procédure accélérée d'émission de passeports, mais des discussions entre
l'Ambassade et les autorités haïtiennes pour obtenir des éclaircissements sur ce
qu'il convient de faire pour obtenir les 430 passeports à venir. Conseil fort
d'obtenir par les crèches, les avocats ou nos propres moyens un passeport dès la
signature du jugement tant que une procédure centralisée par l'ambassade est
impossible. Prise de contacts du SAI avec l'IBESR pour voir ce que Mme Pierre a
déjà proposé ou peut proposer pour sortir du problème des dispenses.